Das A-Team - Der Film | Karaoké | Mamoru Hosoda Movie Collection (The Girl Who Leapt Through Time / Wolf Children / Summer Wars / The Boy and the Beast)
publicité

La moitié du temps des développeurs perdue sur du mauvais code


Business : Mais quelle moitié ? Les développeurs consacrent trop d’efforts au débogage, à la maintenance et à la correction de code erroné.

 

Les entreprises du monde entier perdent environ 300 milliards de dollars par an en gaspillant les ressources des développeurs pour résoudre des problèmes de maintenance, selon une enquête menée auprès de développeurs et de cadres dirigeants par la société de paiement en ligne Stripe.

Les développeurs sont très demandés et, en fonction des langages de programmation qu'ils maîtrisent et de leur localisation, peuvent percevoir plus de 100.000 dollars de rémunération annuelle.

Développer efficacement

Mais selon l'enquête menée par Stripe auprès de 1.000 développeurs et de 1.000 cadres dirigeants, en moyenne, la moitié de la semaine de travail d'un développeur est consacrée à la maintenance, notamment le débogage, la modification du code et la correction d'erreurs de programmation.

Les développeurs déclarent ainsi travailler en moyenne 41 heures par semaine et consacrer en moyenne 17,3 heures à du travail de maintenance.

La société estime à 18 millions le nombre de développeurs dans le monde, chacun contribuant au PIB à hauteur de 51.000 dollars chaque année, pour un total de 918 milliards de dollars au niveau mondial. En partant de l'hypothèse que 31% du temps des développeurs est gaspillé, Stripe estime l'impact négatif sur le PIB mondial à environ 300 milliards de dollars par an.

À l’inverse, l'étude soutient que si le temps du développeur était utilisé plus efficacement, les développeurs pourraient contribuer à une augmentation du PIB mondial de 3000 milliards de dollars au cours de la prochaine décennie.

Pour Stripe, le problème principal n'est pas la pénurie de développeurs, mais bien plus les difficultés des entreprises à utiliser plus efficacement leurs talents en génie logiciel existants.

Nommer des cadres qui connaissent la technique

Les principaux obstacles à la productivité signalés par les développeurs sont la maintenance des systèmes legacy, la hiérarchisation des projets par les responsables et la création de technologies personnalisées.

Les développeurs se plaignent également de la surcharge de travail et de priorités changeantes, qui ont selon eux un impact négatif sur le moral du personnel.

Les dirigeants identifient estiment quant à eux que les entreprises technologiques constituent la principale menace concurrentielle pour leurs activités.

Le directeur financier de Stripe, Will Gaybrick, suggère que la solution pour optimiser le temps des développeurs est l'externalisation et la nomination de dirigeants disposant d'une formation technique.

"Si vous envisagez d'acheter ou de développer vous-mêmes, la réponse est simple : achetez. À moins que vous ne soyez Amazon ou Microsoft, vous ne devez pas mobiliser des ingénieurs pour créer des centres de données. De même, vos développeurs devraient travailler sur ce qui fait la particularité de votre entreprise" encourage-t-il.

A lire aussi :

Rendre les développeurs heureux ? La recette en chiffres

De l'amour ? De l'argent ? Un nouveau clavier ? Une étude fait le point sur ce qui donne la pêche aux développeurs....

Articles relatifs

Contenus sponsorisés

Contenus partenaires

Réagissez à l'article

2 réponses
Connectez vous ou Enregistrez-vous pour rejoindre la discussion
    
  • Ben non justement : si vous devez choisir entre acheter et développer, choisissez systématiquement développer !
    Acheter, c'est se rendre dépendant d'un fournisseur qui n'en a rien à foutre de vos desiderata et de maintenir correctement son logiciel à terme, qui peut parfois mettre la clé sous la porte, mais qui viendra toujours quelques années plus tard vous imposer une nouvelle version, avec parfois des contraintes de changement de parc et de version d'OS. Il faut arrêter de croire qu'acheter sur étagère est une affaire, et bien calculer tous les coûts annexes qui font largement grimper la facture initiale - et c'est bien là tout l'art des logiciels privateurs de liberté : faire croire à une bonne affaire au départ, pour venir se rattraper ensuite ! Comprenez que le succès des logiciels libres et open source n'est pas un hasard : ils répondent à des besoin d'ouverture et de sécurité pour les clients - et à part les cons qui n'ont toujours rien compris, plus personne ne remet en cause cette réalité.
    Un logiciel développé en interne, c'est un logiciel que vous adaptez à 100% à vos besoins et contraintes internes, que vous pouvez choisir de laisser libre ou open source pour en accélérer le développement ou pour X autres raisons, et dont vous êtes sûr de la sécurité et de la pérennité. Ok : développer à un coût d'investissement supérieur au départ - c'est indéniable - mais sur le long terme, vous restez maître de votre outil, et cela vous permet aussi d'échapper aux délires de certains éditeurs actuels qui confondent informatique de loisir et informatique de travail !
    Ensuite libre ou privateur de liberté, gratuit ou payant, un logiciel demandera toujours de la maintenance. Raisonner sur ce point, en croyant faire fi de cette contrainte évolutive, notamment en informatique ou les choses évoluent vite, c'est clairement avoir une araignée au plafond !
    Enfin, et c'est là où la France brille par la connerie de ses dirigeants : aucun logiciel n'est inné. La formation des opérateurs fait partie intégrante du coût d'acquisition, et il faudrait quand même arrêter ce délire patronal de croire que le grand public est formé à l'informatique : c'est totalement faux, pour ne pas dire débile ! L'informatique, ça s'apprend, et quand on voit le niveau moyen des opérateurs aujourd'hui, nous avons des dizaines d'années de retard à combler en la matière ! Vous pouvez toujours vous imaginer qu'en payant des logiciels en centaines ou milliers d'euros, les gens seront plus productifs - c'est une pure illusion.
    Je terminerais en disant qu'il n'y a pas de création de logiciel réussie sans avoir pris en compte les idées des opérateurs, qui sont souvent excellentes, mais négligées par des dirigeants "trop intelligents". C'est dommage, parce qu'un logiciel bien foutu, c'est de la productivité en plus à coup sûr, et du stress en moins côté humain.
  • 
  • N'importe quoi ces analyses de statisticiens pseudo-scientifiques.

    Combien on gaspille en oxygène et combien on pollue en ouvrant la bouche pour dire des aneries ?
    Si on optimise bien notre respiration, on peut baisser le réchauffement climatique avec des raisonnements pareils.

    Pour pas qu'il y a ait des pertes, il faudrait que tout le monde écrivent le code parfait....
    Et si possible sans péter SVP, sinon effet papillon qui va mettre dessus-dessous tout l'univers.

    @+ les gens, je vais aller perdre du temps en bossant.
publicité