Jessica Moore | Stream in HD | Stream in HD
publicité

Le moteur de Google en Chine, c'est pas pour demain


Business : Sundar Pichai, le PDG de Google, l'assure : la firme est encore loin de lancer son moteur de recherche en Chine. Le géant devrait pour cela devra accepter la censure de ses résultats. Et 1000 employés de Google protestent déjà. L'entreprise a bien des projets cependant.

 

Le PDG de Google, Sundar Pichai, a déclaré jeudi que le géant de l'internet "n'est pas proche de lancer un produit de recherche en Chine", mais qu'il réfléchit à la manière de faire plus dans le pays, selon le Wall Street Journal.

Les propos de Pichai ont été prononcés lors d’une réunion hebdomadaire des employés au siège de Google, à Mountain View, en Californie. Elle visait apparemment à répondre à des informations suggérant que Google développerait un nouveau moteur de recherche permettant au gouvernement chinois de censurer les résultats de ses citoyens.

Google a-t-il encore une boussole ?

Le projet secret supposé - nom de code Dragonfly - a suscité une protestation de 1.000 employés de Google, qui s’opposent à tout travail en faveur de la censure par un État. C'est la deuxième fois ces derniers mois que les salariés s'élèvent contre un projet de la société.

Le New York Times a fait état du mécontentement d'une partie des salariés, mais confirmé également que Google travaillait actuellement sur un moteur de recherche censuré. Environ 1.000 employés ont signé une lettre ouverte demandant à la société d’être transparente sur le projet et de créer un processus d’évaluation éthique.

Plus tôt cette année, des milliers de personnes ont protesté contre le projet Maven, un projet de drone secret pour le gouvernement américain. Google a quitté la Chine 8 ans auparavant pour des préoccupations liées à la censure. Lentement, mais sûrement, le géant semble décidé à y entrer de nouveau. A quel prix ?

A lire aussi :

Géolocalisation : Google vous traque, que vous le vouliez ou non

Selon l’agence de presse Associated Press, la désactivation de la géolocalisation sur Android ne suffit pas à complètement...

Articles relatifs

Contenus sponsorisés

Contenus partenaires

Réagissez à l'article

1 réponse
Connectez vous ou Enregistrez-vous pour rejoindre la discussion
    
  • "Don't be evil" qu'ils disaient... En attendant, Baidu a définitivement pris la place de numéro 1 en Chine, et jamais les chinois ne laisseront google revenir - ils n'ont pas de traités européens qui les empêchent d'appliquer des mesures de protectionnisme, et n'hésitent pas à rendre les coups quand l'oncle Sam part dans ses délires de lois extra-territoriales. C'est toute la différence entre un pays souverain, et des pays vassalisés par les USA.
publicité