10.5: Apocalypse (2006) | Jaeden Lieberher | Spider-Man: Homecoming
publicité
Le très haut débit, levier incontournable de la transformation numérique

Transfo numérique : quelle fibre pour quelles entreprises ?


Réseaux : En matière de fibre, ce sont les usages et la continuité du service qui dictent les choix des entreprises, grandes ou petites, en matière de connexion très haut débit fixe. Pas seulement la taille.

A l’heure où le très haut débit se généralise et se démocratise, les opérateurs ont segmenté leurs offres de manière à répondre aussi bien aux besoins de la jeune pousse fraîchement installées comme à ceux d’un grand compte pourvu d’agences réparties sur l’ensemble du territoire. 

 

Le FTTH (fiber to the home), le FTTO (fiber to the office) et le futur FTTE (fiber to the enterprise), pour ne citer que ces technologies, répondent à une multitude de besoins et d’attentes. Pour Franck Morales, vice-président marketing et connectivité chez Orange Business Services, « savoir si l’entreprise est déployée sur un seul ou plusieurs sites détermine le type de services que nous serons amenés à proposer. (…) Si les besoins de l’entreprise sont davantage basés sur la qualité et la disponibilité, nous serons davantage amenés à proposer du FTTO ». 

Le besoin des entreprises constitue également un indicateur clef. « Prenons l’exemple d’un cabinet de notaires. Ils ont souvent besoin de se connecter à des plateformes de gestion de documents. Il est important pour eux d’avoir une route de qualité et certifiée », explique Antoine Cotten, responsable des offres fixes chez Bouygues Telecom.

Une fois de plus, le FTTO semble être la solution la plus logique pour ce type de structure. Un centre de contact, amené, de par son métier, à traiter beaucoup d’appels, ne pourra pas non plus se satisfaire d’une connexion FTTH. « Si la voix est une activité clef, l’entreprise aura également besoin d’une route sûr », poursuit-il. Donc, elle devra opter pour du FTTO.

La taille est également à prendre en compte. « Il est claire qu’une entreprise avec une chaîne de production prendra plutôt de la fibre dédiée. Une coupure de réseau lui coûterait bien trop cher. Dans ce cas, ce sont les conséquences d’une coupure qui priment dans le choix », estime quant à lui Damien Watine, président de Serveurcom. 

Un FTTO moins cher localement

Il est impossible de présenter le FTTH comme une solution capable de répondre au « reste » des besoins. Dans leur grande diversité, les petites entreprises et les travailleurs indépendants, affichent une « tolérance à la panne » plus élevée que les grosses PME et les grands comptes. Une coupure de la connexion internet n’entraînera pas de pertes colossales.

Bars, hôtels ou même salons de coiffures peuvent être amenés à opter pour une connexion FTTH. « En zone dense ou très dense, le FTTH se présente à des prix intéressants. Malgré son absence de garantie de service, il s’avère intéressant pour certains profile d’entreprises », juge Antoine Cotten. « Un bar ou un hôtel, par exemple, ne sélectionnera pas une offre pour les professionnels ou les entreprises. Il se tournera plutôt vers du FTTH pour avoir accès à du contenu. C’est surtout l’accès au contenu qui guide leur choix ». 

Au sein des boutiques et des entrepôts, « le niveau de criticité est également peu élevé », abonde Franck Morales. « Le FTTH leur apporte de l’abondance. Cela leur convient, même s’ils n’ont pas de garantie ».

Entre FTTH et FTTO, les opérateurs ont développé des offres destinés aux professionnels et autres indépendants. Dénommé Pack Business Pro chez SFR Business ou la Fibre Pro chez Orange, ces offres s’adressent aux utilisateurs à la recherche d’une bonne connectivité adossée à un service client. «  Ce type d’offre peut très bien être celle sélectionnée par des entreprises mono-site comme un cabinet d’avocat de quelques personnes », estime Franck Morales.

Ces quelques exemples illustrent à quel point il serait hasardeux de désigner les offres FTTO en  « fibre pour les riches » et de faire du FTTH une « fibre pour les pauvres » entreprises. Nicolas Guillaume, président de Netalis, se révèle d’ailleurs très critique vis-à-vis des acteurs qui fixent des prix très élevés pour la fibre dédiée.

« La fibre dédiée coûte, en moyenne, bien plus cher que la fibre mutualisée. Or, au niveau local, le FTTO peut tout à fait rivaliser avec du FTTH », explique-t-il. Propriétaire de sa propre boucle local, Netalis peut proposer des tarifs un peu plus compétitifs que ceux de ses rivaux. « C’est la raisons pour laquelle disons à l’Arcep [le régulateur des télécommunications, ndr] qu’il n’existe pas uniquement du FTTO très cher ». 

Articles relatifs

Contenus sponsorisés

Contenus partenaires

Réagissez à l'article

Connectez vous ou Enregistrez-vous pour commencer la discussion
publicité