Gulf Professional Publishing | Maggie Q | €10.00 - €19.99 (1223)
publicité

Anon, à quoi sert la police ?


Sommaire : Dans une société où l’anonymat et l’intimité n’existent plus, à quoi sert la police ? Je suis tombée sur « Anon » qui questionne sur l’utilité de la police, la semaine où le ministre de l’Intérieur nous annonce sa démission.

Comme un fait exprès, je suis tombée sur le film « Anon » qui questionne sur l’utilité de la police, la semaine où le ministre de l’Intérieur nous annonce sa démission.

 

Extension du domaine de l’humain

Imaginez un monde où vous n’êtes plus anonyme, même pas dans la rue. Vous traversez une avenue, pour vous rendre à votre travail et dès que vous croisez quelqu’un, toutes les informations le concernant apparaissent : son nom, son prénom, son âge et sa profession. Vous passez devant la vitrine d’un joaillier et en un mouvement, le bijou que vous regardez se retrouve à votre poignet, accompagné d’un slogan publicitaire. Bienvenue dans un monde hyperconnecté, où votre mémoire, votre vécu, vos actions, vos souvenirs, tout ce qui fait votre être se retrouvent dans une sorte de mémoire collective géante appelée Ether. Vous n’êtes plus un individu, vous n’êtes qu’un amas de données.  

Dès lors, comment cacher une action immorale ou illégale ? En faisant appel à une nouvelle génération de hackers, qui effacent vos souvenirs, ainsi que ceux des personnes que vous avez rencontrés. Plus besoin de clavier ou d’écran, tout se fait mentalement.  

C’est la chose la plus frappante dans Anon : il n’y a plus de matériel informatique : plus de téléphone, de tablette, d’enceinte connectée, de télévision, d’ordinateur, plus de radio, l’être humain est un outil informatique à lui tout seul. Mais est-ce pour autant, une société idéale et pacifiée ? 

Filmographie criminelle

Si on écoute certains discours, on a tendance à penser que l’anonymat ou le pseudonymat sont criminogènes et que leurs fins seraient également la fin de la criminalité. À une tout autre échelle, on entend fréquemment que la levée de l’anonymat des utilisateurs sur les réseaux sociaux permettrait d’endiguer les messages haineux.  

On oublie aussi qu’à chaque nouvelle mesure technique ou légale pour mettre fin à l’anonymat, des contre-mesures voient immédiatement le jour, ne serait-ce que pour protéger les intérêts vitaux de la Nation ou permettre aux forces de l’ordre de travailler. La démonstration la plus intéressante dans le film est justement que la fin de l’intimité n’est absolument pas synonyme de fin de la criminalité et vous le comprendrez très bien par vous-même en regardant le film.  

Il pose également la question de l’utilité de la police : dans une société comme la nôtre, son rôle est de protéger les individus, dans le film, il est clairement dit qu’il s’agit de protéger des sociétés commerciales (à environ 45 min) et pour cause : la quasi-totalité des infractions est résolue en regardant simplement les souvenirs des victimes.

Ghost in Ether

Anon est un bon thriller, qui se laisse regarder, mais il faut aimer les lumières très froides, les lignes strictes et les bandes sonores très discrètes. Cette froideur dans l’ambiance semble être un dénominateur commun aux films mettant en scène des hackers, on le voyait déjà dans Mr. Robot. 

Néanmoins, si vous aimez les films avec des héros qui flinguent un système totalitaire, vous risquez d’être fortement déçu, car loin de se révolter, les protagonistes tirent avantage de ce système, chacun à leur manière et à leur échelle.  

On n’est pas dans une critique de la société hyperconnectée, mais dans la démonstration des failles d’un système ultra-surveillé. La dernière phrase du film pourrait devenir un slogan : « ce n’est pas parce que je n’ai rien à cacher que j’ai envie de tout montrer ». 

Nous avons déjà perdu.

Tris Acatrinei

A propos de Tris Acatrinei

Consultante en sécurité informatique, Tris Acatrinei est aussi une enfant de l'industrie du divertissement, qu'elle prend comme une source d'inspiration.

Contenus sponsorisés

Contenus partenaires

Réagissez à l'article

3 réponses
Connectez vous ou Enregistrez-vous pour rejoindre la discussion
    
  • Donnez son avis sur un film sur zdnet, je trouve que c'est très incongru.

    Il faut aller sur Allociné pour ça.
    Allez vous confronter avec les vrais spécialistes...

    J'avoue que je ne pas lu l'article.
    J'ai vu le film.


    @ + les gens.
      
    • Donc, tu considères, avec pas mal de suffisance ("j'ai vu le film . . . mais j'ai pas lu l'article") que seuls les gens d'AlloCiné seraient dignes de nous faire l'explication de texte d'un film ayant trait aux technologies en train de nous emprisonner ainsi que les future générations. Depuis quand un "littéraire" s'intéresserait-il à la température de couleur d'un éclairage ?
      Justement, c'est bien connu que les jeunes milliardaires ayant créé les-dites applications qui nous emprisonnent ont fait très peu d'études littéraires . . . .
      Mais au moins, ont-ils eu la condescendance d'initier les "pôvres" amoureux de la technique" à leurs machines à gaz.
      Au moins cela donnera-t-il aux "lettrés" de nouveaux sujets de dissertation sur les errements de l'Humanité en cours.
      Un peu comme ceux qui critiquaient "l'ère industrielle" au début du XXème.
  • 
  • Les élus n'ont pas à se cacher pour maltraiter le peuple!
    Anonymat ou pas, les méchants vont continuer de se multiplier.
    C'est prévisible, dans un monde ou l'égocentrisme exacerbé est devenu une vertu.

    L'insécurité nourri le mal.
    La sécurité nourri l'oisiveté.
    Ça prend donc une juste dose!
publicité